Archives de catégorie : Emotions

Le microbiote allié de notre cerveau

… Un allié inattendu dans nos intestins : le microbiote ! Quesaco ?


Le microbiote allié de notre cerveau

Le 26.09.2016 à 16h31| Mis à jour le 26.09.2016 à 16h31

L’intestin est un auxiliaire précieux du cerveau. Si bien que l’idée de mettre au point des « psychobiotiques » pour atténuer le stress ou la dépression fait son chemin. Avec l’espoir de traiter de nombreuses autres pathologies, comme le diabète ou Parkinson.

Cerveau et microbiote intestinal

Les chiffres clés sur le nouveau domaine de recherche qui explore les liens entre microbiote intestinal et cerveau. ©SHUTTERSTOCK

MICROBIOTE. Rien de plus simple qu’un système digestif. Du moins en apparence. La part de pizza que nous venons d’avaler est broyée dans la bouche, dégradée dans l’estomac, puis glisse dans l’intestin grêle qui absorbe les nutriments nécessaires. Le côlon en extrait l’eau, digère certaines fibres puis élimine le reste par l’anus sous forme de matière fécale. Trivial ! « Mais cette vision simpliste qui a influencé des générations de médecins et de chirurgiens est dépassée : l’intestin est bien plus délicat et puissant. C’est Continuer la lecture

Comprendre ne résout rien

Souvent, les gens qui arrivent dans mon cabinet me disent « je voudrais comprendre ». Et je leur réponds que comprendre ne sert pas à grand chose, face aux problèmes sur lesquels on bute, dans la vie. Bien souvent, on comprend ce qui s’est passé. Parfois même, on sait de quand ça date, et pourquoi on est comme ça. Mais ça n’aide pas à les résoudre, ni à y trouver une solution…

Donc comprendre ne résout rien !

Parce que l’émotion se fiche de la raison. On a beau essayer de la contrôler, rien n’y fait – Et plus on essaie de maîtriser l’émotion et la peur de cette émotion, et moins on y arrive !

Il nous faudrait juste être capable de la regarder en face – et de la traverser… C’est d’ailleurs ce que dit cette Litanie contre la peur du « Bene Gesserit » dans le roman Dune :

Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur mon chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi.Franck Herbert

Et ça, c’est justement ce que permet l’hypnose !


Pourquoi le fait de comprendre ne résout rien

Publication :

pour Le Huffington Post de Québec
Thérapeute en relation d’aide relationdaidemontreal.com

On a tous rencontré des gens brillants, allumés, sensibles et… malheureux. Quand c’est notre cas, notre problème n’est pas dû à un manque de capacité analytique ou réflective ; loin de là ! Notre problème tient au fait même d’avoir logiquement compris. On a compris la provenance de notre difficulté et, l’ayant compris, la part rationnelle en nous se détend, croyant pouvoir passer à autre chose. C’est là notre principale erreur. C’est l’erreur de la plupart des gens dont le mécanisme de défense favori est la rationalisation. Car pour nous qui sommes des gens « rationnels », il est important de comprendre ! Le problème, c’est que le fait de comprendre ne résout pas la problématique et ne liquide pas l’émotion. Continuer la lecture

Hypnose ericksonienne, outil de thérapie brève

Comme vous le savez maintenant pour me suivre depuis un an, je suis praticienne certifiée en hypnose ericksonienne.

Mais qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne ?

Je pourrais vous dire que c’est une technique de thérapie brève, un outil de communication qui entraîne quelqu’un dans une réflexion plus profonde et plus intuitive à son propre propos. Et que cette technique va lui permettre de trouver, en lui-même (dans son expérience, son ressenti, son passé et souvent son futur), ses propres solutions pour procéder aux ajustements nécessaires et aller mieux dans sa vie. C’est effectivement ça, et bien plus encore…

Et donc le plus simple est de laisser la parole à Psychologie.com, qui l’explique très bien :

Et ensuite, si cette explication « vous parle » vis-à-vis de votre problématique, venez me voir !


Méthode : L’hypnose ericksonienne

L’hypnose ericksonienne induit un état de légère modification de la conscience dans lequel le patient peut orienter son attention vers un but spécifique. Cette technique, créée par le psychiatre américain Milton H.Erickson, est réputée pour son action sur l’angoisse et les dépendances.

Catherine Maillard

Hypnose ericksonienne

© Jupiter pour Psychologie.com

Le patient, soutenu par les paroles persuasives et évocatrices du praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser de nouvelles ressources, choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre et effectuer une transformation intérieure positive. Les séances s’effectuent principalement en individuel. Continuer la lecture

Attentats de Paris

Devant l’horreur des attentats de Paris, en cette nuit du 13 novembre 2015, j‘adresse mes meilleures pensées de soutien et de solidarité aux familles et aux proches des victimes.

Comme tout le monde, je me suis demandée ce que je pouvais faire pour soutenir physiquement ou moralement les gens qui ont subi ces heures terribles et en restent marqués.

Je suis praticienne en hypnose ericksonienne et les techniques que j’utilise permettent, entre autres, de gérer les traumatismes, les peurs , les angoisses – et de réenvisager un avenir plus serein.

Aussi, je propose donc d’offrir mon aide à toute personne liée à ce drame, ainsi qu’aux enfants, innocents spectateurs des heures sombres qui passent en boucle sur les chaînes de télévision.

Et justement, je vous invite à éteindre votre écran de télévision et vous isoler des réseaux sociaux, car les images et les sons que vous subissez ont une incidence sur votre état de stress et la gestion de vos émotions.

Si vous désirez continuer à être informé sur ce qui se passe d’horrible en ce moment, en France comme partout dans le monde, privilégiez le journal papier ou les contacts avec vos voisins, vos amis, votre famille.  Cela vous permettra de contrôler les informations qui vous parviennent sans vous laisser happer par cette violence.

Vous ne pouvez pas maîtriser ce qui se passe dans le monde à l’extérieur ; en revanche, vous êtes responsable de ce qui se passe à l’intérieur de vous. Sachez vous préserver pour vivre votre vie, en dehors du monde construit par quelques-uns.

Demain, c’est dimanche. Eteignez votre télé, allez faire un tour en forêt ou en bord de mer.

Laissez le monde, pourtant si beau, vous consoler et vous ressourcer…

Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés.Abbé Pierre

Cohérence cardiaque

Je vous présente ici une technique extraordinaire que j’apprends à mes consultants en cabinet (de manière plus complète, bien sûr ^_^ ), et qui ne prend que 5 minutes, ensuite, à faire à la maison, dans le train, dans une salle d’attente – ou n’importe où ailleurs (sauf au volant).

5 minutes, trois fois par jour, pour réguler notre système nerveux autonome, avec des effets puissants :

La cohérence cardiaque, même si elle a des vertus relaxantes, ne peut être considérée physiologiquement comme de la relaxation. Physiologiquement, elle est plus proche de la méditation ou de la pleine conscience avec un équilibre entre activation et relaxation, une mise au neutre du système nerveux autonome, un recentrage émotionnel et physiologique alors que la relaxation est une mise au repos, une inactivation du système nerveux autonome. Cela peut paraitre un détail, mais c’est important pour comprendre les effets physiologiques dans le domaine du stress, de l’anxiété et de la prévention des épuisements.David O'Hare

Les avantages sont si nombreux qu’ils sont difficiles à tous détailler ici : en tout premier, se détendre. Puis diminuer l’intensité des effets du stress sur l’organisme, renforcer nos défenses immunitaires, diminuer l’intensité des douleurs, réguler l’humeur et développer l’intuition. Mais aussi mieux dormir, moins manger, maigrir, se sentir plus en forme, retrouver un confort digestif, renouer avec sa libido, améliorer sa concentration… Et bien plus encore ! (quand je vous disais, que c’était extraordinaire !)

Le mieux est de pratiquer pour comprendre :

Asseyez-vous bien droit et décroisez les jambes. Inspirez par le nez quand la rosace se gonfle, expirez par la bouche lorsqu’elle se dégonfle. A faire trois fois par jour matin, midi et fin d’après-midi.

Continuer la lecture

Alexithymie – Ou quand cacher ses émotions rend malade

Vous avez du mal à exprimer vos émotions ? A les laisser transparaître ? Vous semblez froid à vos proches et à vos collègues, et vous en souffrez ? Alors peut-être souffrez-vous d' »alexithymie »… Ce trouble de la régulation émotionnelle toucherait 10 à 15 % de la population, les hommes peut-être un peu plus que les femmes, générant ainsi – au-delà des « simples » problèmes relationnels – toutes sortes de maladies.

Décryptage…

PS : Si vous vous sentez concerné et voulez en savoir davantage, vous trouverez ici (en anglais) la possibilité de faire le test en ligne


Cacher ses émotions rend malade

13/06/14 à 14:30 – Mise à jour à 14:30

Source : Le Vif

Si vous êtes de ceux qui se laissent régulièrement déborder par leurs émotions, vous enviez peut-être les alexithymiques. Pourtant, le déficit émotionnel affecte aussi notre santé.

Alexithymie - ou quand cacher ses émotions rend malade

© Istock

Stéphane et Fabienne se présentent à un entretien déterminant pour leur carrière professionnelle. Stéphane a la gorge serrée et une boule au ventre, manifestations physiques qu’il attribue tout naturellement à l’épreuve qui l’attend. Si vous lui demandez comment il se sent, il vous répondra donc : « Ça ira mieux après l’entretien ! » Fabienne éprouve les mêmes symptômes, mais elle les explique tout autrement : « J’ai des crampes d’estomac, je me sens nauséeuse, j’ai dû manger quelque chose de pas frais… » Continuer la lecture

Science et émotions

 Durant des années, on ne nous parlait que d’intelligence, du fameux « QI ». Et un jour, le « QE » (Quotient Emotionnel) est sorti du bois – à la surprise générale, tant il semblait que science et émotions ne feraient pas bon ménage. Pourtant, que serions-nous sans nos émotions ? Ces émotions qui nous enquiquinent, nous font nous sentir mal, nous émerveillent et nous permettent de nous adapter en permanence à notre environnement. Et voilà qu’elles sont à leur tour explorées par la science… Ressenties ou pensées, elles nous offrent un fantastique tremplin dans notre rencontre avec « qui nous sommes » !

Alors partons à leur (re)découverte avec cet article de l’Express


 Emotions, ce que la science nous révèle

Par LEXPRESS.fr , publié le 02/12/1999

Sans elles, la vie serait un film en noir et blanc. Pas un cauchemar, plutôt un long fleuve infiniment tranquille, lisse et terriblement dangereux. Car, si les émotions donnent des couleurs à la vie, elles fondent aussi notre indispensable et constante capacité d’adaptation au monde qui nous entoure, nous presse, nous perturbe ou nous réjouit. Sans cesse, elles entretiennent un dialogue avec notre corps, notre cerveau, notre environnement. Elles tissent la toile ténue ou pesante de nos états d’âme. L’évolution les a ancrées profondément dans les méandres de notre cerveau, car elles ont permis à l’homme d’améliorer ses capacités de survie. Sensations ultrafamilières, la peur, la colère, la joie, la tristesse sont aujourd’hui dans le collimateur de la science, qui multiplie les découvertes sur leurs mécanismes, leur chimie, leur rôle dans le grand concert que dirige notre cerveau.

Plus que jamais, notre monde moderne fait appel aux émotions. A la télévision, dans la pub, le marketing, elles font la loi. On reproche même parfois à l’information de trop jouer sur cette corde sensible. Elles servent de toile de fond à la solidarité – Téléthon ou lutte contre la famine en Afrique. Elles imprègnent la culture – musique, chansons, livres ou films à succès. Elles apparaissent en filigrane dans nos entreprises, où la hiérarchie de type militaire n’a plus cours. Et même Internet a inventé les smileys, pour donner au courrier électronique un parfum d’émoi. Continuer la lecture