Archives de catégorie : Non classé

Hypnose ericksonienne, outil de thérapie brève

Comme vous le savez maintenant pour me suivre depuis un an, je suis praticienne certifiée en hypnose ericksonienne.

Mais qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne ?

Je pourrais vous dire que c’est une technique de thérapie brève, un outil de communication qui entraîne quelqu’un dans une réflexion plus profonde et plus intuitive à son propre propos. Et que cette technique va lui permettre de trouver, en lui-même (dans son expérience, son ressenti, son passé et souvent son futur), ses propres solutions pour procéder aux ajustements nécessaires et aller mieux dans sa vie. C’est effectivement ça, et bien plus encore…

Et donc le plus simple est de laisser la parole à Psychologie.com, qui l’explique très bien :

Et ensuite, si cette explication « vous parle » vis-à-vis de votre problématique, venez me voir !


Méthode : L’hypnose ericksonienne

L’hypnose ericksonienne induit un état de légère modification de la conscience dans lequel le patient peut orienter son attention vers un but spécifique. Cette technique, créée par le psychiatre américain Milton H.Erickson, est réputée pour son action sur l’angoisse et les dépendances.

Catherine Maillard

Hypnose ericksonienne

© Jupiter pour Psychologie.com

Le patient, soutenu par les paroles persuasives et évocatrices du praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser de nouvelles ressources, choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre et effectuer une transformation intérieure positive. Les séances s’effectuent principalement en individuel. Continuer la lecture

L’Inserm valide les bienfaits de l’hypnose

Petit à petit, la science confirme le ressenti vécu en séance et les changements suivant l’accompagnement… Ca va dans le bon sens ! Aujourd’hui, c’est l’INSERM qui rend les conclusions d’une méta-analyse de l’efficacité de l’hypnose considérée comme une thérapeutique médicamenteuse. A partir des bases de données médicales de 52 essais cliniques et de 17 études visant uniquement l’EMDR, l’INSERM en tire des conclusions à la fois intéressantes et cependant forcément limitées par les biais méthodologiques et le champ d’application des essais étudiés (études strictement médicales et quantitatives, et non psychologiques et qualitatives).

Les conclusions retiennent aussi, sans surprise, la sécurité de l’hypnose, aux risques particulièrement limités.

Pour plus d’informations, lire aussi le communiqué de presse de l’INSERM.


L’Inserm valide les bienfaits de l’hypnose

Yann Verdo / Journaliste |
L'INSERM valide les bienfaits de l'hypnose et atteste de sa sécurité

Crédit Photo Fotolia pour Inserm

L’hypnose thérapeutique est dans une situation paradoxale en France. Ce pays en est le berceau, si l’on se souvient de Jean-Martin Charcot hypnotisant ses patientes hystériques à la Salpêtrière. Mais, un siècle et demi plus tard, la qualification d’hypnothérapeute n’est toujours pas protégée, ni les formations à l’hypnose dispensées autant par les universités (diplômes non reconnus par l’Ordre des médecins) que par des associations ou des organismes privés. Pas facile de trier le bon grain de l’ivraie. C’est pour permettre au grand public d’y voir plus clair dans ce champ disciplinaire hétérogène que l’Inserm a conduit une vaste étude ayant donné lieu à un rapport remis à la Direction générale de la santé. L’organisme conclut que l’hypnose, définie comme un état modifié de conscience ne s’assimilant ni à la veille ni au sommeil, et dont les effets à l’échelle biologique ont été confirmés par les techniques d’imagerie modernes, peut bel et bien avoir un intérêt thérapeutique dans divers cas. Par exemple, pour limiter les symptômes digestifs de personnes souffrant du syndrome du côlon irritable, ou pour réduire la quantité de sédatifs et d’antalgiques lors des anesthésies locales ou générales.

Y. V.

En savoir plus sur lesechos.fr