L’efficacité de l’hypnose en question

Vos deux premières questions sont généralement à propos de l’efficacité de l’hypnose et si ça va marcher sur vous ? Je vous rassure généralement lors de la prise de rendez-vous. Et puis  lors de votre première séance, lorsque je vous explique comment ça va se passer. On parle aussi des raisons qui font que vous entamez ce travail sur vous-même. Et de votre motivation, qui fait que vous laissez alors souvent transparaître de puissantes émotions.

Puis, lorsque vous revenez de votre voyage intérieur avec vos propres réponses, vous savez que ça pourra aller plus loin. Si vous le souhaitez… Et il n’est alors plus besoin de poser des questions, mais de savoir jusqu’où vous pourrez vous retrouver vous-même !


Cerveau et psy

Question de la semaine :

L’efficacité de l’hypnose est-elle scientifiquement démontrée ?

Le 03.03.2017 à 12h44


Lise Loumé — Spécialiste santé au pôle digital de Sciences et Avenir

Chaque semaine, Sciences et Avenir répond à une question posée par un lecteur sur Facebook. Intéressons-nous cette fois à l’efficacité de l’hypnose thérapeutique.

L'efficacité de l'hypnose est reconnue, mais difficile à démontrer

Déjà utilisée au 19e siècle en psychiatrie, l’hypnose rencontre un succès grandissant chez les médecins depuis les années 1950, y compris en France. © GARO / Phanie / AFP

Nous répondons à vos questionsSciences et Avenir a proposé à ses fans sur Facebook de poser leurs questions (scientifiques, bien sûr) et, cette semaine, a été retenue celle de Guillaume Deslandes : « Existe-t-il une explication rationnelle et scientifique à l’hypnose ? » L’occasion de revenir sur l’hypnose, technique encore parfois considérée comme un objet de foire ou une technique de magicien. Pourtant, l’hypnose marche vraiment…

mais pas sur tout le monde. Et son efficacité n’est pas démontrée dans tous les domaines thérapeutiques.

L’hypnose est cet état dit « modifié de la conscience », un moment suspendu entre veille et sommeil. Car contrairement aux idées reçues, durant la séance, le patient ne dort pas. L’activité cérébrale, quoique différente de celle de l’état d’éveil, reste intense. D’abord, il y a une phase d’induction durant laquelle le professionnel détourne.puis capte l’attention du patient (souvent par le biais d’une conversation). Ensuite, la transe hypnotique, état de dissociation durant lequel le patient peut être contrôlé. Enfin, la phase de réveil.

« Cela ne fonctionne pas sur tout le monde, expliquait à Sciences et Avenir en 2014 le Pr Sztark, chef du pôle anesthésie-réanimation du CHU de Bordeaux. Il faut le vouloir, ça passe avant tout par une relation de confiance, sans résistance« . Parmi les effets de l’hypnose sur le cerveau, des scientifiques ont mis en évidence une activation de réseaux internes (conscience de soi), une baisse de réseaux externes (conscience de l’environnement) et la modulation de circuits cérébraux de la perception de la douleur.

« Par les suggestions et métaphores que nous utilisons, l’enfant ne se focalise plus sur le soin »

La technique fonctionne particulièrement sur les enfants dès 4 ou 5 ans, en général plus coopératifs que les adultes. En chirurgie, aux urgences, pour diminuer une anxiété face à tout geste médical potentiellement douloureux.(pose de perfusion, d’un cathéter, ponction lombaire, biopsie médullaire, etc.) ou avant une intervention au bloc opératoire…

De très nombreuses techniques d’hypnose permettent la réalisation des soins sans angoisse ni anxiété. Exemple avec l’expérience pionnière de l’hôpital Robert Debré (Paris) où, depuis 2006 et sous la houlette du Dr Chantal Wood, pédiatre,.aujourd’hui responsable du Centre de Douleur Chronique du CHU de Limoges,.près d’une centaine de spécialistes ont été formés à ces pratiques. « Par les suggestions et métaphores que nous utilisons, l’enfant ne se focalise plus sur le soin », affirmait la spécialiste à Sciences et Avenir en 2015. L’on peut citer par exemple la technique dite du gant magique, une protection virtuelle « construite » autour de la zone concernée par le soin grâce à de simples mots rassurants prononcés par l’hypnothérapeute.

Déjà utilisée au 19e siècle en psychiatrie, l’hypnose rencontre un succès grandissant chez les médecins depuis les années 1950, y compris en France. Pourtant, elle est encore parfois considérée comme sulfureuse au point de ne toujours pas être reconnue par l’Ordre des médecins. Et les études scientifiques dans l’Hexagone ont tardé à valider, ou non, son efficacité. Un manque corrigé en septembre 2015, avec un premier rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) sur le sujet.

Selon l’analyse de plus de 50 essais cliniques publiés entre 2000 et 2014, l’efficacité de l’hypnose est démontrée dans deux indications :

  • au bloc opératoire lors d’opérations nécessitant une anesthésie locale (extraction de dent de sagesse, biopsie mammaire, pose de cathéter, actes de radiologie interventionnelle…)
  • et dans la prise en charge de la maladie du côlon irritable, un trouble qui concerne près de 5% de la population française.

La consommation d’antidouleurs et de sédatifs s’en trouve ainsi réduite. En revanche, selon le rapport de l’Inserm, aucun avantage n’a pu être démontré en ce qui concerne d’autres applications.(sevrage tabagique, prise en charge de la douleur lors de l’accouchement, schizophrénie, dépression du post-partum…). Une conclusion qui pourrait être liée au fait que les outils scientifiques standardisés prennent difficilement en compte le ressenti.et la subjectivité des patients, primordiaux dans des techniques comme l’hypnose

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *