Archives de catégorie : Lâcher-prise

Respirer pour se calmer

Lorsqu’un consultant arrive avec une problématique de poids, de douleur, de clope, de stress, d’anxiété ou autre, je lui apprends à pratiquer un outil génial qui s’appelle la cohérence cardiaque. Et donc de fait, je lui apprends à respirer pour se calmer !

D’ailleurs je souviens encore de ce grand et solide monsieur. Chef d’entreprise, il me criait « Je viens vous voir pour un vrai problème… Et vous, vous voulez juste que je respire ?« , tout en sortant de mon cabinet… Pendant que j’écoutais le bruit de ses pas qui s’éloignaient rapidement, un peu désarçonnée… J’eus juste le temps de lui dire que je connaissais les effets incroyables de cette méthode ! Aussi pouvait-il me faire confiance ?

45 secondes plus tard, il était de retour. Toujours furieux, il claquait la porte, et se rasseyait dans son fauteuil en s’exclamant « Eh bien, voyons ça ! »

Puis 45 mn après, c’est gémissant que j’étais cruelle de lui faire déjà rouvrir les yeux qu’il revint au présent…

Depuis, il m’envoie régulièrement des connaissances en leur faisant ma plus belle publicité : « Ne croyez rien, expérimentez-le vous-même et laissez-vous aller ! » et continue surtout à pratiquer lui-même 🙂

Et donc, la cohérence cardiaque, pourquoi ça marche ? Ah maintenant, on sait !


Respirer pour se calmer : des neurones en cause

par Ambre Amias
Publié le 02.04.2017


Des chercheurs ont identifié le réseau de neurones impliqués dans le sentiment de calme induit par la respiration profonde.

Respirer pour se calmer : LA solution ?

AntonioGuillemF

Pour se calmer, l’être humain agité a instinctivement le même réflexe : respirer un grand coup. En fait, cette préconisation ancestrale repose bel et bien sur une base scientifique. Une équipe de chercheurs vient ainsi de fournir l’explication neurologique à l’origine de l’effet apaisant du profond soupir.

Publiée dans la revue Science, l’étude met en évidence le circuit de neurones impliqués dans la connexion entre la respiration et le sentiment de calme. Les chercheurs montrent ainsi que le fait d’inspirer et d’expirer profondément stimule un sous-ensemble de neurones, qui transmettent à leur tour des signaux à une région cérébrale responsable du stress et de l’attention, dont elle inhibe l’activité – d’où le sentiment « zen » qui émerge.

Deux gènes

Les auteurs, de l’université de Stanford, se sont également penchés sur l’expression de ces neurones et ont isolé deux protéines impliquées dans la transmission de ces signaux. Ces protéines seraient contrôlées par deux gènes différents, potentielles cibles pour des traitements thérapeutiques, expliquent-ils.

Mais même en l’absence de médicament, ces travaux démontrent, preuves scientifiques à l’appui, qu’il est possible d’agir au niveau cérébral pour réduire son niveau de stress, en respirant, tout simplement.

Des travaux confirmés par la littérature : récemment, une équipe de chercheurs a ainsi montré que la méditation agit structurellement sur le cerveau et réduit un marqueur biologique de l’inflammation, l’interleukine-6.
Source : Pourquoi Docteur – Respirer pour se calmer

Comprendre ne résout rien

Souvent, les gens qui arrivent dans mon cabinet me disent « je voudrais comprendre ». Et je leur réponds que comprendre ne sert pas à grand chose, face aux problèmes sur lesquels on bute, dans la vie. Bien souvent, on comprend ce qui s’est passé. Parfois même, on sait de quand ça date, et pourquoi on est comme ça. Mais ça n’aide pas à les résoudre, ni à y trouver une solution…

Donc comprendre ne résout rien !

Parce que l’émotion se fiche de la raison. On a beau essayer de la contrôler, rien n’y fait – Et plus on essaie de maîtriser l’émotion et la peur de cette émotion, et moins on y arrive !

Il nous faudrait juste être capable de la regarder en face – et de la traverser… C’est d’ailleurs ce que dit cette Litanie contre la peur du « Bene Gesserit » dans le roman Dune :

Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur mon chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi.Franck Herbert

Et ça, c’est justement ce que permet l’hypnose !


Pourquoi le fait de comprendre ne résout rien

Publication :

pour Le Huffington Post de Québec
Thérapeute en relation d’aide relationdaidemontreal.com

On a tous rencontré des gens brillants, allumés, sensibles et… malheureux. Quand c’est notre cas, notre problème n’est pas dû à un manque de capacité analytique ou réflective ; loin de là ! Notre problème tient au fait même d’avoir logiquement compris. On a compris la provenance de notre difficulté et, l’ayant compris, la part rationnelle en nous se détend, croyant pouvoir passer à autre chose. C’est là notre principale erreur. C’est l’erreur de la plupart des gens dont le mécanisme de défense favori est la rationalisation. Car pour nous qui sommes des gens « rationnels », il est important de comprendre ! Le problème, c’est que le fait de comprendre ne résout pas la problématique et ne liquide pas l’émotion. Continuer la lecture

Hypnose ericksonienne, outil de thérapie brève

Comme vous le savez maintenant pour me suivre depuis un an, je suis praticienne certifiée en hypnose ericksonienne.

Mais qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne ?

Je pourrais vous dire que c’est une technique de thérapie brève, un outil de communication qui entraîne quelqu’un dans une réflexion plus profonde et plus intuitive à son propre propos. Et que cette technique va lui permettre de trouver, en lui-même (dans son expérience, son ressenti, son passé et souvent son futur), ses propres solutions pour procéder aux ajustements nécessaires et aller mieux dans sa vie. C’est effectivement ça, et bien plus encore…

Et donc le plus simple est de laisser la parole à Psychologie.com, qui l’explique très bien :

Et ensuite, si cette explication « vous parle » vis-à-vis de votre problématique, venez me voir !


Méthode : L’hypnose ericksonienne

L’hypnose ericksonienne induit un état de légère modification de la conscience dans lequel le patient peut orienter son attention vers un but spécifique. Cette technique, créée par le psychiatre américain Milton H.Erickson, est réputée pour son action sur l’angoisse et les dépendances.

Catherine Maillard

Hypnose ericksonienne

© Jupiter pour Psychologie.com

Le patient, soutenu par les paroles persuasives et évocatrices du praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser de nouvelles ressources, choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre et effectuer une transformation intérieure positive. Les séances s’effectuent principalement en individuel. Continuer la lecture

Cohérence cardiaque

Je vous présente ici une technique extraordinaire que j’apprends à mes consultants en cabinet (de manière plus complète, bien sûr ^_^ ), et qui ne prend que 5 minutes, ensuite, à faire à la maison, dans le train, dans une salle d’attente – ou n’importe où ailleurs (sauf au volant).

5 minutes, trois fois par jour, pour réguler notre système nerveux autonome, avec des effets puissants :

La cohérence cardiaque, même si elle a des vertus relaxantes, ne peut être considérée physiologiquement comme de la relaxation. Physiologiquement, elle est plus proche de la méditation ou de la pleine conscience avec un équilibre entre activation et relaxation, une mise au neutre du système nerveux autonome, un recentrage émotionnel et physiologique alors que la relaxation est une mise au repos, une inactivation du système nerveux autonome. Cela peut paraitre un détail, mais c’est important pour comprendre les effets physiologiques dans le domaine du stress, de l’anxiété et de la prévention des épuisements.David O'Hare

Les avantages sont si nombreux qu’ils sont difficiles à tous détailler ici : en tout premier, se détendre. Puis diminuer l’intensité des effets du stress sur l’organisme, renforcer nos défenses immunitaires, diminuer l’intensité des douleurs, réguler l’humeur et développer l’intuition. Mais aussi mieux dormir, moins manger, maigrir, se sentir plus en forme, retrouver un confort digestif, renouer avec sa libido, améliorer sa concentration… Et bien plus encore ! (quand je vous disais, que c’était extraordinaire !)

Le mieux est de pratiquer pour comprendre :

Asseyez-vous bien droit et décroisez les jambes. Inspirez par le nez quand la rosace se gonfle, expirez par la bouche lorsqu’elle se dégonfle. A faire trois fois par jour matin, midi et fin d’après-midi.

Continuer la lecture

10 infos à connaître sur l’hypnose

C’est toujours un peu agaçant de voir que, pour les journalistes politiquement corrects, l’hypnose devrait impérativement être pratiquée par des praticiens en médecine, qui auront (pour la très grande majorité d’entre eux) fait moins de formation que moi… C’est vrai que je n’ai ni vocation, ni prétention de « soigner » : accompagner, laisser chacun trouver ses propres pistes, ses propres solutions, en lui en laissant le temps, dans la lignée de M. Erickson, me semble un gage de liberté plus grande.

Car il est vrai que l’hypnose permet de régler tellement de nos problèmes ! Voici une petite video très courte de 2 mn qui vous en présente un large échantillon de domaines d’application.

Et bon, après tout, le choix appartient (encore, pour l’instant) aux clients/patients !


 L’hypnose peut-elle aider à soigner ? 10 infos à connaître

Oui, par exemple pour surmonter un blocage physique ou arrêter de fumer. Mais il faut tomber sur un bon praticien… on fait le point en 10 infos essentielles. Retrouvez l’enquête en intégralité de Nathalie Bensahel dans l’Obs du soir.

Source : L’hypnose peut-elle aider à soigner ? 10 infos à connaître

 

Vaincre ses phobies par l’hypnose

Vaincre ses phobies par l’hypnose ? Ces peurs intenses, répétitives et qui nous paralysent peuvent en effet généralement être apaisées et même vaincues par l’hypnose thérapeutique…


Vaincre ses phobies par l'hypnosePeur extrême, incontrôlable, disproportionnée et irrationnelle, la phobie est littéralement terrifiante pour la personne qui la subit. L’hypnose apporte des solutions.

Source : Vaincre ses phobies grâce à l’hypnose | Le Figaro Madame
La Rédaction | Le 27 avril 2015

La foule, les araignées, les insectes, les espaces clos, les reptiles, l’eau, l’avion… 20 % des Français seraient sujets à l’une de ces peurs excessives. Elles sont généralement très handicapantes pour la personne qui en souffre, car elles génèrent un stress intense, mais elles peuvent mieux se gérer, voire disparaître, via notamment une thérapie brève comme l’hypnose.

L’hypnose pour retrouver l’origine de la peur

La phobie est généralement consécutive à une peur intense ressentie dans un contexte précis. La peur et son origine sont le plus souvent enfouies dans notre inconscient, et nécessitent donc que l’on s’y plonge afin d’y débusquer l’élément déclencheur de la phobie. Continuer la lecture

Relâcher le contrôle cognitif pour mieux apprendre ?

Et si trop mentaliser empêchait d’apprendre de manière simple ? Cet article propose une piste intéressante pour mieux apprendre, car il semble que maintenir un contrôle cognitif empêche les différentes aires perceptives de faire leur travail…


Neurosciences

Pour apprendre, le cerveau doit se relâcher

Publié le 06.04.2015 à 20h35

Une méthode innovante pour analyser l’évolution des schémas cérébraux suggère que les sujets apprennent d’autant mieux qu’ils « débrayent » leur contrôle cognitif.

Bassett et al., Nature Neuroscience

Pourquoi certaines personnes apprennent-elles plus vite que d’autres ? Une équipe de chercheurs américains regroupés autour de Scott Grafton, spécialiste en neurosciences à l’université de Santa Barbara, propose une réponse : c’est la capacité à spécialiser son cerveau et à, en quelque sorte, lui « lâcher la bride », qui fait la différence.

Un apprentissage étendu sur un mois et demi

En neurosciences, tout commence souvent par une tâche. Celle proposée aux sujets de cette expérience n’avait Continuer la lecture

Auto-hypnose et burn-out

Utiliser l’hypnose sous sa forme personnelle (« l’auto-hypnose ») pour gérer son stress, ses émotions et prévenir le burn-out ? En voilà une bonne idée de nos amis Belges, facilement utilisable par tous, et généralisable à tout 🙂 !

Comment l’auto-hypnose peut prévenir le burn-out

L'auto-hypnose pour gérer la fatigue et les émotions et éviter le burn-out

20 minutes d’auto-hypnose diurne ont une force de réparation équivalente à 2 heures de sommeil nocturne. -contrastwerkstatt – Fotolia

Le crash de l’airbus a remis au centre des conversations les mots stress et burn-out. Il existe des ateliers d’auto-hypnose, pour aider à désamorcer l’escalade de stress.

Le docteur Éric Mairlot est neuropsychiatre, il traite des burn-out en consultations individuelles. Mais en parallèle, il fait tout un travail de prévention, grâce au travail d’auto-hypnose. Continuer la lecture

Comment j’ai été hypnotisée en pleine rue

L’hypnose de rue est la forme d’hypnose la plus bluffante, très proche de l’hypnose de spectacle. Idéale pour jouer, tester et découvrir ? C’est ce qu’a voulu savoir Jéromine Santo-Gammaire, de Francetvinfo

Yohan Rimbert, hypnotiseur de 25 ans, exerce son art sur les passants, dans le quartier du Châtelet, à Paris. Je lui ai demandé de tester ses techniques sur moi.

Hypnose de rue - article FranceTVInfo

Yohan Rimbert hypnotise les passants qui veulent tenter l’expérience dans le quartier du Châtelet, à Paris. (JEROMINE SANTO GAMMAIRE/FRANCETV INFO)

OK, j’ai complètement conscience que je suis en train de tomber sur son épaule, mais c’est mon corps qui tombe. Je me dis toujours que si j’avais envie de me redresser, j’en serais capable. Je reste consciente de ce qui se passe. Mais cet état est agréable. Mon corps est relâché. Progressivement, j’oublie les passants qui nous observent sur la place Joachim-du-Bellay, à deux pas de la fontaine où l’eau ne coule pas, dans le quartier du Châtelet, à Paris. Je suis totalement concentrée sur la voix et la présence de l’hypnotiseur. Le reste devient secondaire.

J’ai croisé Yohan Rimbert, alias Don Julyus, au même endroit, il y a une dizaine de jours, manipulant les passants hypnotisés comme des marionnettes. « Avec l’hypnose, j’active la zone alpha du cerveau, celle des rêves, de l’imaginaire », m’avait-il alors expliqué. J’ai voulu comprendre, me faire hypnotiser moi aussi. Pas stressée. L’hypnotiseur m’avait affirmé qu’on ne pouvait pas pousser une personne à faire quelque chose allant à l’encontre de ses principes. Et, surtout, il avait réussi à Continuer la lecture

Perfectionniste, control freak : comment apprendre à lâcher prise ?

Par publié le

Obsession de la perfection, volonté de contrôler son existence dans tous ses détails… Nous sommes de plus en plus nombreu(x)ses à vouloir tout maîtriser. Au risque de perdre pied. Pourquoi et comment lâcher du lest ? 

Apprendre à lâcher prise

A force de tout vouloir maîtriser, on peut perdre pied.
Getty Images/iStockphoto

Aline, chef de projet dans la pub et mère de deux jeunes enfants, ne peut pas s’endormir le soir sans vérifier que sa liste « des choses à faire dans la journée«  est bien terminée. Ce qui implique par exemple d’avoir pris un rendez-vous chez l’orthophoniste pour sa petite dernière, vidé le lave-vaisselle, lancé une machine de blanc, préparé sa présentation pour sa réunion de travail du lendemain et prévu les menus de la semaine, si possible avec « un maximum de légumes« . « Je me rends bien compte que je me prends la tête pour tout, mais impossible de m’arrêter, même si je m’épuise moi-même« , confie la jeune femme. David, cadre dans une banque, reste pour sa part des heures au boulot, « incapable de partir avant d’avoir relu chaque dossier client et d’être bien sûr qu’il n’y a aucune erreur« . Il est par ailleurs de son propre aveu « ultra exigeant » avec ses enfants et s’angoisse à la moindre de leurs mauvaises notes, convaincu que leur avenir est fichu s’ils descendent en deça de 16/20. 

Aline et David sont chacun à leur manière ce qu’on appelle des « control freaks« . Leur équilibre personnel semble tenir sur une corde raide prête à rompre à la moindre défaillance. Continuer la lecture