Archives de catégorie : Comportement alimentaire

Votre main vous indique vos portions !

Vous savez compter sur les doigts de votre main ? Oui ? Alors tant mieux ! Car pour ceux d’entre vous qui venez apprendre en cabinet à gérer vos comportements alimentaires, voici une jolie méthode assez simple pour mémoriser facilement les quantités que vous devez manger…

Les portions que vous devriez manger sont dans votre main

 portionsImage crédit : Guardyourhealth

En fait, cette technique vous permettra de déterminer facilement avec une relative précision les portions que vous devriez manger. Elle s’appelle  « le régime de la main ».

Publiée sur le site américain Guard Your Health, elles est une alternative saine qui vous aidera à perdre du poids sans faire de régime et sans vous priver de ce que vous aimez. Pour ce faire, vous devez réguler la quantité de nourriture consommée : en pesant, en calculant… ou en regardant votre main !

D’ailleurs, les experts de Guard Your health disent que, si l’on ne mesure pas ce que l’on mange, on peut très vite dépasser plus de cinq fois la dose conseillée !

Or, le corps humain est bien fait : généralement, la taille des mains est proportionnelle à celle du corps. Y compris les organes internes chargés de recevoir et de traiter la nourriture.

Comment mettre en pratique le régime de la main ?

Les portions que vous devriez manger sont dans vos mains

Image crédit : Guardyourhealth

C’est une méthode efficace et facile utilisée pour connaître les proportions de ce que vous devrez manger. Elle vous permettra de réguler tout simplement le volume de ce que vous ingérez :

  1. Cinq doigts à votre main = cinq repas : petit déjeuner, encas léger, déjeuner, goûter léger puis dîner
  2. Pour connaître la quantité de légumes que vous pouvez manger, vous devez utiliser vos deux mains ensemble en forme de bol.
  3. En utilisant votre poing fermé, vous pouvez calculer combien de carbohydrates (féculents : riz, pâtes, pain, etc) vous devez vous servir : jusqu’à 2 poings pour les hommes, 1 seul poing pour les femmes (soit environ 100 g).
  4. Et pour calculer parfaitement la portion de viande et ses alternatives de protéines (comme les lentilles, par exemple) vous devez utiliser la paume grande ouverte de votre main sans tenir compte des doigts : jusqu’à 2 paumes pour les hommes, 1 seule pour les femmes (soit environ 120 g).
  5. La bonne portion de fruits (frais ou secs) adaptée à votre corps est contenue dans une à deux poignées : 1 pomme ou 1 poire = 1 poignée.
  6. Vos rations de graisses (beurre ou huile, par exemple) et de sucre ne doivent pas être plus grande que la pointe de votre index ou, au plus, de votre pouce.
    Il est primordial de savoir qu’il s’agit d’un groupe alimentaire que l’on doit ingérer avec modération pendant toute la journée.

Ce régime est efficace pour tout le monde. Cependant, si vous souffrez d’une condition spécifique, par exemple, l’hypothyroïdie, ou si, Madame, vous êtes enceinte, je vous conseille d’aller chez un nutritionniste… ou d’attendre la fin de votre grossesse ?

Conseils diététiques

Et puis bien sûr, les autres conseils que vous connaissez déjà :

  • Évitez de consommer des chips, des aliments transformés et conditionnés.
  • Lisez les portions conseillées sur les étiquettes des produits et tenez-en compte au moment de les ingérer.
  • Modérez votre consommation d’aliments sucrés, même si on a tendance à y être addict’.
  • Choisissez de petites assiettes au moment de servir les plats
  • Divisez les repas en quatre ou cinq rations par jour.
  • Évitez de manger avec des distractions telles que la télévision, l’ordinateur ou le téléphone, entre autres.
  • Disposez d’au moins 20 minutes pour chaque repas, dans un lieu tranquille et sans bruit.
  • Ajoutez plus de légumes dans chaque plat principal, de manière à ce qu’il en contienne la moitié.
  • Pensez à faire régulièrement de l’exercice modéré.
  • Et surtout, augmentez votre consommation d’eau et de boissons faibles en calories.

 

Poids idéal : est-ce vraiment nous qui décidons ?

A propos de poids idéal voilà un article très intéressant ! J’en ai d’ailleurs parlé à plusieurs d’entre vous qui viennent consulter pour des problèmes de poids…

D’après la neurobiologiste Sandra Aamodt, le cerveau contrôle la faim et la consommation d’énergie. C’est également lui qui définit notre fourchette idéale de poids, en fonction de nos gènes et modes de vie. Or, toute privation va déclencher dans le cerveau un état de famine, qui va entraîner l’envie de manger.

En effet, lorsque nous privons notre corps de nourriture, le cerveau réagirait en modifiant la répartition de notre consommation énergétique. Lorsqu’on réduit fortement ses apports caloriques, le cerveau va croire que les masses grasses du corps sont épuisées. Il va donc à la fois réduire le métabolisme pour économiser l’énergie interne et augmenter la sensation de faim. De cette façon, il tente de maintenir le poids idéal qu’il a déterminé au cours de notre histoire personnelle… Et de nos régimes !

La solution consiste donc à créer, à partir de ces connaissances, de nouvelles habitudes plus positives et durables.

Et pour ancrer une nouvelle habitude, il faudrait la répéter assidument au moins 21 jours.

… Ce qui est bien, avec l’hypnose, c’est qu’on peut prendre vraiment conscience de ce qui est bon pour nous ! Et ainsi mettre en place puis réussir à maintenir ce poids idéal

Pour en savoir plus :

  • Pourquoi les régimes font grossir, Sandra Aamodt, Hugo Doc, 18,50 euros
  • Conférence TED.X

Le cerveau décide de notre poids, pas nous

Par Aude Rambaud
Mis à jour
Publié le 16/04/2017 à 17:36

Notre cerveau a sa propre idée de notre poids idéal, qu'il va défendre à tout prix

Le corps a besoin d’un certain nombre d’heures de sommeil. De même, le cerveau a une fourchette de poids privilégiée qu’il va s’efforcer de défendre pour chacun d’entre nous. PUKHNATYY/puhhha/Fotolia

Une neurobiologiste américaine explique pourquoi les régimes ne peuvent pas aider à maigrir durablement.

« Il a été maintes fois démontré que les régimes fonctionnent rarement à long terme et que leurs effets secondaires indésirables sont considérables. Quand j’ai découvert ces preuves, j’ai pris pour résolution de passer une année entière sans faire de régime, ni me peser, et d’avoir une activité physique tous les jours. Désormais, mon poids reste stable. » L’histoire que relate Sandra Aamodt dans son ouvrage Pourquoi les régimes font grossir est tout à fait personnelle.

Son expérience a déclenché chez cette neurobiologiste américaine devenue rédactrice scientifique l’envie de comprendre comment le cerveau régule le poids et d’apporter la preuve de l’inutilité des régimes. Alors elle a épluché la littérature scientifique et dressé trois constats : l’homme ne décide pas de son poids, les régimes sont voués à l’échec et Continuer la lecture

La maladie du soda (NASH) fait des ravages

Le NASH ? Quesaco ?

Les ravages de la maladie du soda (NASH) : Pierre Ménès avant sa maladie

Photo Score.fr

Lorsque vous venez me voir pour un problème de poids, vous me dites en souriant un peu en coin « Je suis gourmand(e) et je l’ai toujours été », d’un air complice, comme si ce n’était pas très grave, au fond…

Bien souvent, vous êtes honnête et vous reconnaissez que vous mangez trop sucré, trop gras, parfois trop salé.

Les ravages de la maladie du soda (NASH) : Pierre Ménès après sa maladie

Photo Sport24.lefigaro.fr

On a la chance incroyable de vivre en Occident, où on peut s’acheter de la bouffe à tous les coins de rue, où il y a, dans chaque magasin, des dizaines de mètres de linéaires remplis de toutes les tentations possibles : bonbons, gâteaux, chocolat, céréales de petit déjeuner, sodas…

Mais avez-vous conscience du risque que vous courez, au-delà de vos quelques kilos en trop ? Ce risque, c’est la maladie du soda, ou maladie du fois gras (NASH en anglais) :-/


Six millions de Français victimes de la maladie du soda (NASH)

par Philippe Berrebi

Publié le 11.03.2017 à 09h18

C’est une image étonnante que nous livre ce matin Le Parisien. Celui qui trônait sur les plateaux de télé a l’air bien frêle dans son petit fauteuil. La maladie est passée par là. Pierre Ménès disparaît des écrans le 28 août 2016. Atteint d’une cirrhose NASH liée à un diabète de type 2, le journaliste sportif, 53 ans, est victime en 2015 d’une hémorragie intestinale. Son état de santé se dégrade rapidement et il laisse 45 kg dans sa descente aux enfers. « A quelques jours près, j’étais mort ». Continuer la lecture

Faire appel à l’hypnose pour maigrir

L’hypnose pour maigrir ? Biba y a pensé ! Parce que comme chaque fin de printemps, les magazines s’intéressent aux moyens de perdre le poids qu’on a « en trop » pour qu’on ait l’impression de mériter d’être en maillot de bain sur la plage… Evidemment, vous savez comme moi que ce n’est pas le seul enjeu de la perte de poids (même si c’est le moment où on y pense le plus !). Perdre du poids, c’est aussi bouger mieux, moins souffrir de l’arthrose, pouvoir refaire des activités qu’on ne pouvait plus faire, améliorer sa santé à court, moyen et long terme, Retrouver une silhouette qui nous correspond, etc

Alors si vous êtes prêt à investir un peu de temps pour quelques séances qui vous aideront à pouvoir retrouver la ligne, contactez-moi !


Faire appel à l’hypnose pour maigrir

Par Flavie Duet Le 14 juin 2016 à 09h00 – Mis à jour le 14 juin 2016 à 09h00

L’hypnose est aujourd’hui une pratique thérapeutique renommée. Cette méthode peut vous aider à vaincre différents maux tels que le surpoids.

l'hypnose pour maigrir

 Comment l’hypnose fonctionne-t-elle ?

L’hypnose… un terme qui fascine et qui interpelle. Si l’hypnose est considérée comme des gestes amusants dans les spectacles de divertissement, cette pratique est désormais reconnue comme une vertu thérapeutique. En étant hypnotisé, le patient ne dort pas – malgré les hypnotiseurs invitant à « dormir » –, mais il est bien en état modifié de conscience. Le patient est désormais focalisé sur un point précis, qui peut être la voix du thérapeute désignant l’objectif en question, et se laisse donc guider par celui-ci. Diverses méthodes existent de nos jours : la technique de la suggestion directe ou indirecte, la dissociation en pensant à deux choses à la fois pour ne pas laisser des sentiments enfouis, la régression afin de remonter dans les souvenirs, ou encore l’hypnose métaphorique consistant à vous raconter une histoire et visant donc à dénouer votre situation.

Des séances d’lhypnose pour maigrir

L’hypnothérapie est de plus en plus sollicitée pour maigrir. La base de la perte de poids est véritablement le Continuer la lecture

Cerveau émotionnel et perte de poids

Régimes alimentaires, traitements médicaux, exercice physique… les armes sont nombreuses dans la guerre contre le surpoids, mais leurs effets sont souvent limités dans le temps. Et si, pour contrôler son poids, la clé, c’était simplement… le cerveau émotionnel ? Une étude médicale datant de 1997 explique que sur un groupe-test de 22 personnes en surpoids, et à raison d’une séance de 2 h par semaine durant 18 semaines, les participants ont perdu entre 4 kg à trois  mois et 8 kilos à deux ans, sans rien d’autre que cette simple méthode. Alors imaginez si vous la couplez à d’autres outils, comme l’hypnose, la cohérence cardiaque (respiration profonde), et EFT !

Il faudra quelques séances… Oui, et alors ? Combien de temps avez-vous mis à prendre tout ce poids ? Si vous êtes motivé, alors cette question de temps n’est rien !

Et rappelez-vous que la perte de graisse est plus efficace si le poids est perdu lentement… car après tout, 1 kg ne représente que 7 000 à 9 000 calories ! Soit quotidiennement un petit effort alimentaire, et un petit effort physique !!!

De quoi vous sentir capable d’aller au bout de votre rêve de mincir enfin !


Vous voulez perdre du poids : formez votre cerveau, pas votre corps

24 mai 2016 21:01

Pour perdre du poids, entrainez votre cerveau émotionnel

L'auteur
Laurel Mellin : Professeur agrégé de médecine familiale et communautaire et de pédiatrie – Université de Californie, San Francisco

En dépit des efforts gouvernementaux, médicaux et individuels massifs pour gagner la guerre contre l’obésité, 71 pour cent des Américains sont en surpoids. Le poids de l’adulte moyen est de 12 kg de plus aujourd’hui qu’en 1960. L’accroissement de notre tour de taille ajoute quelques 200 milliards $ US par an pour nos dépenses de soins de santé, ce qui représente une grave crise sanitaire.

La recherche pharmaceutique n’a toujours pas produit de pilule-miracle qui aide les gens à perdre du poids et le maintenir. Les approches traditionnelles telles que régimes et exercice physique peuvent fonctionner à court terme, mais les gens reprennent presque inévitablement leur poids. Des essais randomisés et contrôlés de chirurgie de perte de poids ont montré des améliorations dans le diabète, mais pas en termes de mortalité, de cancer ni de maladies cardiovasculaires.

Si une pilule devait être inventée un jour – une solution aux problèmes de poids – elle devrait avant tout avoir un effet sur le cerveau, en particulier sur les zones primitives du cerveau, le «cerveau émotionnel », ou cerveau mammifère et reptilien. Ces zones du cerveau abritent les circuits neuronaux qui contrôlent notre stress, et le stress alimente nos émotions, Continuer la lecture

Flore intestinale et satiété

Flore intestinale et satiété seraient bien plus liées qu’on ne le croit. En effet, les scientifiques viennent de découvrir que les bactéries intestinales participent activement à la régulation du comportement alimentaire, par leur action tant sur la quantité de nourriture que sur le moment de leur prise.

En fait, ces bactéries produisent des protéines spécifiques 20 minutes après le début du repas. Et ces protéines sont responsables de la sensation de satiété : donc plus le repas dure, et plus la sécrétion de cette protéine s’accroît, accentuant la satiété et favorisant la réduction de l’appétit puis, rapidement, l’arrêt de l’alimentation.

On peut dès lors considérer qu’un déséquilibre dans la production de ces protéines intestinales pourrait avoir une action sur le fonctionnement du cerveau, qui ne percevrait donc pas le signal de satiété. C’est là qu’intervient l’Activation Métaphorique des Processus de Régénération sous hypnose !


Les bactéries de l’intestin informent le cerveau lorsqu’elles sont rassasiées

Lise Loumé
Par Lise Loumé pour Sciences et Avenir
Publié le 24-11-2015 à 17h36 | Mis à jour à 17h36

Une équipe de chercheurs français a découvert que les bactéries intestinales peuvent réguler la quantité de nourriture que nous ingérons et les moments auxquels nous avons faim.

Les bactéries de l’intestin informent le cerveau lorsqu’elles sont rassasiées

La bactérie Escherichia Coli. © Erbe/Pooley / Rex Featu/REX/SIPA

« Vous reste-t-il encore de la place pour un dessert ? » Vos bactéries intestinales influencent votre choix. Car vingt minutes après le début du repas, elles produisent des protéines qui agissent sur le cerveau, et peuvent interrompre la prise alimentaire chez Continuer la lecture

Hypnose ericksonienne, outil de thérapie brève

Comme vous le savez maintenant pour me suivre depuis un an, je suis praticienne certifiée en hypnose ericksonienne.

Mais qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne ?

Je pourrais vous dire que c’est une technique de thérapie brève, un outil de communication qui entraîne quelqu’un dans une réflexion plus profonde et plus intuitive à son propre propos. Et que cette technique va lui permettre de trouver, en lui-même (dans son expérience, son ressenti, son passé et souvent son futur), ses propres solutions pour procéder aux ajustements nécessaires et aller mieux dans sa vie. C’est effectivement ça, et bien plus encore…

Et donc le plus simple est de laisser la parole à Psychologie.com, qui l’explique très bien :

Et ensuite, si cette explication « vous parle » vis-à-vis de votre problématique, venez me voir !


Méthode : L’hypnose ericksonienne

L’hypnose ericksonienne induit un état de légère modification de la conscience dans lequel le patient peut orienter son attention vers un but spécifique. Cette technique, créée par le psychiatre américain Milton H.Erickson, est réputée pour son action sur l’angoisse et les dépendances.

Catherine Maillard

Hypnose ericksonienne

© Jupiter pour Psychologie.com

Le patient, soutenu par les paroles persuasives et évocatrices du praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser de nouvelles ressources, choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre et effectuer une transformation intérieure positive. Les séances s’effectuent principalement en individuel. Continuer la lecture

Ces moments où l’on se jette sur la nourriture

Lorsqu’on parle « troubles du comportement alimentaire », on songe le plus souvent à ce moment de la journée où on se jette sur la nourriture sans pouvoir y résister – et où, après, on se méprise d’y avoir cédé.

Alors au-delà de ce qui se passe en nous, on peut déjà prendre conscience :

  • qu’on peut gérer ces impulsions en en reconnaissant les signes avant-coureurs,
  • et qu’on peut donc agir sur le ressenti qu’on en a, puisqu’on n’est pas si impuissant que ça,
  • car diverses techniques (cohérence cardiaque, hypnose…) peuvent permettre de travailler sur le fond de la problématique, le but étant d’abaisser le niveau de stress (et donc de cortisol) de manière durable et définitive.

Voici donc un article de Cerveau et Psycho qui explique pourquoi ces dysfonctionnements sont plus qu’un simple problème de volonté !


Actualités | Comportement | 03/09/2015

Ces moments où l’on se jette sur la nourriture

Sébastien Bohler

Crises de boulimie - Ces moments où l'on se jette sur la nourriture

© Shutterstock.com/Photographee.eu

Il y a des moments où c’est plus fort que vous. Cette barre de chocolat, il vous la faut. Et pas question de la déguster posément : en quelques bouchées, la voilà déjà au fond de votre estomac. D’ailleurs, il y en a d’autres dans le placard. Les gestes s’enchaînent, machinaux. Une minute après, c’est Continuer la lecture

Cohérence cardiaque

Je vous présente ici une technique extraordinaire que j’apprends à mes consultants en cabinet (de manière plus complète, bien sûr ^_^ ), et qui ne prend que 5 minutes, ensuite, à faire à la maison, dans le train, dans une salle d’attente – ou n’importe où ailleurs (sauf au volant).

5 minutes, trois fois par jour, pour réguler notre système nerveux autonome, avec des effets puissants :

La cohérence cardiaque, même si elle a des vertus relaxantes, ne peut être considérée physiologiquement comme de la relaxation. Physiologiquement, elle est plus proche de la méditation ou de la pleine conscience avec un équilibre entre activation et relaxation, une mise au neutre du système nerveux autonome, un recentrage émotionnel et physiologique alors que la relaxation est une mise au repos, une inactivation du système nerveux autonome. Cela peut paraitre un détail, mais c’est important pour comprendre les effets physiologiques dans le domaine du stress, de l’anxiété et de la prévention des épuisements.David O'Hare

Les avantages sont si nombreux qu’ils sont difficiles à tous détailler ici : en tout premier, se détendre. Puis diminuer l’intensité des effets du stress sur l’organisme, renforcer nos défenses immunitaires, diminuer l’intensité des douleurs, réguler l’humeur et développer l’intuition. Mais aussi mieux dormir, moins manger, maigrir, se sentir plus en forme, retrouver un confort digestif, renouer avec sa libido, améliorer sa concentration… Et bien plus encore ! (quand je vous disais, que c’était extraordinaire !)

Le mieux est de pratiquer pour comprendre :

Asseyez-vous bien droit et décroisez les jambes. Inspirez par le nez quand la rosace se gonfle, expirez par la bouche lorsqu’elle se dégonfle. A faire trois fois par jour matin, midi et fin d’après-midi.

Continuer la lecture

Anti-régimes : comment maigrir en douce en trompant son cerveau ?

Tout le monde sait désormais que multiplier des régimes est généralement inefficace, ou pire : fait augmenter le poids en ajoutant quelques kilos supplémentaires à tous ceux que l’on reprend sitôt le dernier régime achevé !

Alors comment faire ? Eh bien, suivre un anti-régime et pour ce faire, les astuces trouvées, testées et approuvées par Michel Desmurget, neurobiologiste, pour tromper votre cerveau ! Alors imaginez, avec l’hypnose en plus, vous serez parfait(e) à Noël 🙂 !!!


Comment maigrir en douce en trompant son cerveau ?

Source : Le Dauphiné

Les régimes sont reconnus inefficaces, alors comment maigrir en douce en trompant son cerveau ?

Michel Desmurget estime que les régimes sont inefficaces sur 95 % des individus. Photo RL/Julio PELAEZ

Neurobiologiste devenu obèse après des régimes, Michel Desmurget a décortiqué la littérature scientifique, mettant en lumière les dangers des régimes restrictifs et des astuces pour perdre du poids.

On peut être docteur en neurosciences et se faire avoir par les régimes… « comme un con, oui ! », rigole Michel Desmurget. Baskets aux pieds, l’homme et ses 74 kilos ont le pas léger. Il en pesait 129, il y a 4 ans après avoir testé les régimes Atkins, Dukan, la chrononutrition et quelques « dissociés », avant de se plonger dans les études scientifiques sur l’amaigrissement. Continuer la lecture